Forum RPG - Mélange entre La Guerre des Clans et Hunger Games.
Deuxième version de LGDC HG.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Seulement des souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nuit Noire

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Rang : Guerriere
Clan : Nuit Noire
DC : Un jour qui sais...
Wood Pin's : 78
Messages : 98
Date d'inscription : 16/10/2015

Feuille du Personnage
Age du Chat : 21 Lunes.
Barre de Vie :
200/200  (200/200)
Informations : Les choses à savoir sur votre chat !
Silence des Abysses
Dim 25 Oct - 1:12
Rêve de Liberté

Silence des Abysses & Flamme Australe




Le vent souffle par mis les feuilles et ces hurlement se perdent en lamentation funèbre, parfait reflet de mon âme damnée.

Je ferme mes yeux, bercée par le balancement lancinant de mon perchoir improvisé. Une branche haute et fine, juste assez robuste pour soutenir mon poids plume.

J'aime être ici. Dans ce lieu loin de tout. Loin des autres, loin des clans, loin du bruit. Ici je suis chez moi. Ici je suis vraiment moi. Je peux me perdre, m'abandonne a ma mélancolie sans que l'on me regarde de travers pour le sang qui a fait de moi se que je suis.

Parfois je me sens perdre pied. Depuis quelque temps, je sens mes griffes d'onyx plonger dans la terre, muent par une rage sourde et une amertume que je ne contrôle pas. J'ai peur de déraper et de faire du mal a mon clan. Alors j'ai pris la seule décision qui s'imposait. J'ai fait mon choix et il n'y a plus de retours en arrière possible. Et puis j'ai comme le pressentiment étrange que ce choix m'apportera la vengeance qui me pèse depuis tout se temps.
Mais quoi qu'il en soit... Le clan souffrira moins ainsi débarrasser de mon sang maudit. Savoir que je ne prolongerais pas les méfait de folie par une engendranse maudite devrait probablement les rassurer tout. Et puis personne ne me regrettera ici... Sauf peut-être celui qui fut mon mentor.

Le remord me coupa le souffle mais je secouais la tête pour chasser se sentiment désagréable. Je ne devais pas me permettre de ressentir ces choses, ces attachements qui me mèneraient encore à ma perte.

Un soupire résigné quitta ma gorge et je plantais mes griffes dans l'école afin a me stabilisée. Ainsi arrimée, je me suis allongée, puis je me suis laissée emportée par le sommeille et les cauchemars.



Tomber si vite. Tomber comme un oiseaux aux ailes brisées. Tomber simplement comme une pierre. Une chute éternelle dans le noir, si longue que je supplies pour voir arriver la fin. Il n'y a rien de solide a quoi se raccrocher, seulement les ténèbres et son cris, ce hurlement de terreurs mêler de surprise.
Je cligne des yeux. Les ouvrant puis les fermant sans changer l'obscurité perpétuelle qui l'enveloppe telle un linceul.
Soudain mes pattes heurtent violemment le sol et mon corps se disloque au contacte de la pierre. La souffrance éclate en moi comme un symphonie insoutenable et là seulement je hurle. Un hurlement de douleur pure. Douleur, souffrance et terreur incontrôlable chahutent, dans mes pensées c'est le chaos.
Le temps d'un instant le silence nocturne retombe et mon cris se transforme gémissement plaintif. C'est là que je la vois, cette forme floue qui travers le ciel telle une flèche blanche. Je ne met pas longtemps à la reconnaître. Elle était avec moi. Elle... Je l'ai mise en danger. Mon cœur se serre et se convulse des qu'elle touche le sol. Je ne le voix plus bouger ni respirer. C'est ma faut. Je suis en vie et pas elle.

Ma pauvre petite sœur.
Silence des Abysse pardonne moi.
Je t'en supplie ne m'en veux pas
.


Je ferme les yeux pour ne plus contempler son corps maculer par le sang, disloquer sur la pierre. J'ai du mal à croire qu'elle est encore en vie mais un souffle hérétique soulève difficilement ces flans laminer. Gémissement pleur et hurlement se battent pour prendre possession de mes cordes vocales. Je ne sais que faire si non contemplé cet amas de fourrure blanche mouchetée de vermeille qui fut jadis quelqu'un que j'aimais.
Une pierre roule et ricocha contre moi. Je soulevais difficilement mes yeux pour croisez le regard vers émeraude de celui qui fut un ami mais qui n'était plus qu'un traître. Il s'était arrêter devant ma sœur. La patte soulevée pour lui trancher la gorge. J'ai hurler. Je me suis arraché les corde vocales pour qu'il réagisse et repose ses yeux d'or liquides sur moi. Il le fit.




Expulsée de se rêve étrange je me redressais précipitamment. Le bois vacilla sous mes pattes instables et je me recouchais, tremblante de peur et de surprise. J'avais hurler comme jamais... Si fort que le forêt entière avait dû l'entendre. De plus, je pouvais apercevoir au loin le pelage roux d'un guerrier alerté par mes ébats nocturnes. Il a courait et moi j'avais envie de fuir. Je voulais la solitude et le silence. J'avais besoin de courir jusqu'à se que mes coussinets sois en feux et que seule cette douleur compte. Oui, j'aurais tellement voulus faire tout sa plutôt qu'attendre ainsi perchée,  résigné par l'arrivée du plus au moins connu et inconnu de mon clan.
J'espérais de tout cœur d'il passerait son chemin mais je sais qu'il est souvent vain d'espérer.







• • • • •

Jusqu'au plus profond des ténèbres je te traquerai
Revenir en haut Aller en bas
clan de la Nuit Noire

clan de la Nuit Noire
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Rang : Lieutenant Powaaa !
Clan : Nuit Noire. ♥
DC : Il viendra un jour, le retour de Cricri...
Wood Pin's : 143
Messages : 274
Date d'inscription : 07/08/2015

Feuille du Personnage
Age du Chat : 38 Lunes.
Barre de Vie :
200/200  (200/200)
Informations :
Flamme Australe
Dim 25 Oct - 13:12


SEULEMENT DES SOUVENIRS

FEAT SISI || FLAMMOU


Une vaste clairière baignée dans la lumière du soleil levant. Une ombre s'approche, faisant frémir les buissons sur son passage. Une petite chatte blanche émerge de la végétation, pour finalement se poser sur une souche. Un jeune chat musculeux aux reflets doré s'approche d'elle doucement. 


- Maman, pourquoi m'amènes-tu là ?


La guerrière au pelage blanc regarda son fils avec un regard vide, vide mais où la tristesse et la peur règnaint en maître. Elle ne répondit pas, mais attira son fils avec sa queue douce et si familière. Ils restèrent là à attendre, mère et fils, quelque chose qui ne venait pas. Le pauvre apprenti commençait à s'impatienter, ne comprenant pas la cause de sa venue ici. Et surtout, celle de voir sa mère dans un tel état. Quand soudain il arriva. Le jeune matou eu un hoquet de surprise, mais encore plus d'effroi. L'animal qui venait d'arriver, aussi silencieusement qu'un oiseau, était son portrait craché. Il voulait poser des questions à sa mère, il ne comprenait pas, il était perdu. Le mâle imposant finit par s'approcher d'elle avec un sourire sanguinaire. 

- Tu n'es qu'une traîtresse. Rend moi mon fils sale chat galeux !


L'apprenti ne vit pas passer la suite. Des brides de toute sa vie déferlaient devant ses yeux. Toutes les souffrances, ses peines, ses chagrins, sa solitude. Il ne voyait que ça, pas un seul moment de joie dans ces visions funestes. Il voulait crier, hurler comme si on lui arrachait sa fourrure. Mais rien ne sortait. Quand il reprit ses esprits, tout chamboulé par ces horreurs, le chat doré manqua de s'effondrer. Les perles rouges tombantes sur l'herbe fraîche troublaient l'aspect idyllique de l'endroit. Sa mère, couchée par terre, était inerte. Des images des corps malades de ses deux soeurs s'ajoutèrent à celle qui s'offrait à lui. Son dénommé père s'approchait avec un sourire malsain sur le visage. 


- Rejoins moi...


Je me réveilla en sursaut, le souffle court. Les derniers mots que Mon père m'avait dit affluait en moi, comme si il dévorait mon esprit. Les pattes tremblantes et peu serein, je sortis tout de même de la tanière des guerriers. Je voulais m'éloigner du rêve qui me rongeait de l'intérieur depuis sa mort. Ou plutôt, toutes ces morts. Malgré mon état de choc, je sortis néanmoins prendre l'air. Je décida par la suite de laisser mes pattes me guider, l'esprit vide. Je n'étais plus qu'une coquille vide errante, mon âme se promenant en titubant sur le chemin de la folie. Plus de conviction, plus de rêve. Dans mon esprit chaotique, il n'y avait plus que de la haine, et des envies sanguinaire. En d'autre termes, je ne vivais plus que pour tuer ceux qui devaient être tué. Et c'est l'esprit égaré que mes pattes me conduisirent au Grand Arbre. Je me souvins alors de cette petite chatte prétentieuse du nom de Danseuse, dont j'avais tapi l'herbe de son sang. Même si elle est toujours en vie à l'heure qu'il est...


Soudain, un cri. Mais c'était un cri perçant où reflète la douleur et la peur. Un cri qui se rapprochait vaguement de mes sentiments. Le coeur serré, je m'approchais lentement de l'animal effrayé. Je me demandais quelle était la cause de ses tourments, si ils ressemblaient un peu aux miens. L'envie de se confier me pris à la gorge, je n'avais jamais ressentis cela. J'avais toujours vécu dans le silence... Soudain, je sentis une  odeur bien familière.

- Silence des Abysses.

Je comprenais tout. Sa tourmente était la mienne, nos sentiments de haine et de peur étant étroitement liés par notre passé sombre. Elle est comme moi. Pensais-je malgré moi. Et cela me surpris, je n'aurai jamais cru que j'aurai pu ressentir la même chose qu'un autre, et peut-être même inversement ? De plus, elle était mon ancienne apprentie. Calmement et avec un regard serein que je ne me connaissais pas, je m'approcha d'elle à pas feutrés. Ma douceur m'étonnait.

- Je te comprend... Racontes moi tout s'il te plaît. 

GALLINEA (c)


Spoiler:
 



• • • • •

" Mon esprit s'égare sur le chemin de la folie, mon esprit se perd dans les mares de sang. " 
#99cc99
Revenir en haut Aller en bas
Nuit Noire

avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Rang : Guerriere
Clan : Nuit Noire
DC : Un jour qui sais...
Wood Pin's : 78
Messages : 98
Date d'inscription : 16/10/2015

Feuille du Personnage
Age du Chat : 21 Lunes.
Barre de Vie :
200/200  (200/200)
Informations : Les choses à savoir sur votre chat !
Silence des Abysses
Dim 25 Oct - 15:50
Seulement des Souvenirs

Silence des Abysses & Flamme Australe



- Silence des Abysses, fit la voix bien connue de mon mentor lorsqu'il fut assez proche pour capturer mon odeur.

Je posais mes yeux sur lui. Mon regard bien que toujours aussi sanglant était comme perdu, je n'étais pas encore bien réveillée et ce rêve m'avait laissée comme désemparée. Des tremblements incontrôlable prirent possession de mon corps chétif tendis que je détournais les yeux pour accrocher l'horizon.

- Je te comprends, souffla-t-il ensuite.

Mon regard sanglant chercha a nouveau ses yeux verrons. J'étais surprise. Comment pouvait-il comprendre ? Que savait-il des rêve qui hantaient mes nuits ? Que savait-il de ces prunelles d'or qui me poursuivaient encore aujourd'hui.

- Raconte moi tout s'il te plais, termina-t-il d'un voix plus douce qu'a l’accoutumée.

Une sanglot déchirant m'échappa suite à cette simple phrase. Se rendait-il seulement compte du sacrifice qu'il me demandait ?


Raconter. Parler. Communiquer.

J’appréciais énormément mon mentor mais sa faisait si longtemps que je ne m'étais pas confiée. Je ne savais pas par ou commencer, je ne savais pas se que je pouvais dévoiler. Quel secrets feraient ma perte et quel autres seraient ma rédemption. Les autres ont toujours des motivations cachée, comment savoir s'il était sincère ?

Tentant de calmer mes tremblements, je tapotais la place sur la branche a mes coter du bout de la queue. J'ouvris la gueule et pris une lourde inspiration.

- Grimpe, Soufflais-je juste assez fort pour qu'il capte ma voix.

J'étais tout en haut de l'arbre, le temps qu'il soit a ma hauteur je pouvais réfléchir a se que j'allais dire... et taire surtout. Mon cœur était lourd, il pesait sur ma gorge comme si j'avais longtemps crier. Se qui après réflexion était le cas.

Ma respiration redevient pénible lorsque l'image de mon propre corps dégringolant du ciel se fit a mon esprit. Lorsque j'étais tombée mon frère était encore en vie. Blessé mais en vie. Et moi j'étais perdue dans les limbes, inatteignable et d'aucune aide. Mais mon frère m'avait sauvée, encore une fois. Il m'avait éloigner de la mort... Si non IL m’aurait tuée sans état d’âme. Je me souviens du regard qu'il avait eu. IL l'aurait fait. Pas de remord. Pas de pitier. Pas de souvenir. Et pourtant je me souviens parfaitement de ses mots qu'il avait prononcer après... Lorsque je m'étais réveillée et que la carcasse de mon frère avait déjà été engloutie par les flots furieux.

Je n'avais jamais revus mon frère. Mais dernière image que j'ai de lui restera gravée a jamais sur ma rétine comme si un chat l'y avait tatouée de ses griffes.

Je n'avais qu'a fermé les yeux pour le voir dot a moi, feulant de tout son soule contre le traitre. Il m'avait souvent brusqué mais toujours protégée. Son instinct de protection était clairement disproportionné mais j'avais eu besoin de cela. S'il n'était pas la je serais devenue folle... D’ailleurs depuis qu'il n'est plus je sent que je le deviens un peux plus. Je ne suis plus seule dans ma tête. Parfois j’entends encore la voix de mon frère qui retentit tel un choque électrique et se déverse dans mon âme.

Les yeux a nouveau clos j'écoute Flamme planter ses griffes dans l'écorce. Je sais se que je vais lui dire. Car il devrait le savoir. Car si il y a quelqun qui a le droit de connaitre ce choix c'est bien lui. Il est parfois revêche et froid mais au fond de lui c'est un chat blessé par son passé et peut-être comprendra-t-il mon choix. Cependant, je ne suis pas encore prête a lui parler de mon frère. Je ne peux pas  non plus lui parler du traitre... Je ne peux pas.

Ma gueule s'ouvre. Les mots rester coincé si longtemps que le silence pèse a nouveau. Il doit être a coter de moi... ou pas encore. Je ne sais pas.


- Je crois que...

Sa y est, ma gorge se noue. Je ne sais pas continué. Je ne sais plus me confier. Une inspiration plus longue me permet tout de même de finir se que j'ai commencer.

- Pour les prochains Hunger Games...

J'ai besoin de continuer mais je fais tout de même une pause, elle est longue mais j'ai peur de finir car je redoute sa réaction.

- Je vais me porter volontaire, chuchotais-je d'une voix éteinte. Le clan sera mieux sans moi et ma folie. Vous n'aurez pas a perdre quelqu’un d'important pour une fois.

Ma dernière phrase n'était même pas équivalent a un murmure mais je suis presque sure qu'il l'a entendue, alors je me crispe en attente de sa réaction.






J'adore :):
 



• • • • •

Jusqu'au plus profond des ténèbres je te traquerai
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Seulement des souvenirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LGDC HG RPG :: Clan de la Nuit Noire :: Les Terres :: Le Grand Arbre-